Que de choses, que d'histoires à raconter pour faire un petit melting pot, genre résumé/rétrospective sur l'année 2009, et le début 2010 !

La première me semble être adéquate en ce qui concerne la transition d'une année à l'autre...
Quelques mois auparavant, milieu de l'après-midi, dans une rame bondée de ma ligne RER préférée, la ligne B, il y avait une super ambiance. Les trois quart de la rame blindée de monde était écroulée de rire, pour ne pas dire " mort de ...", entre votre serviteur débitant son show,  quelques rires tonitruants et certains, en plus particulier, très communicatifs ...  surtout celui de cette jeune femme enceinte jusqu'aux yeux : -"arrêtez de me faire rire comme ça, je suis presque à terme ... Et je vais finir par accoucher ici !!!".
Je crie à l'assemblée -"stop ! On arrête tout, sinon madame va finir par accoucher ! Y a t'il un médecin, un docteur, dans la salle ?" Rien à faire, des fou-rires subsistaient. Pire encore, à la station suivante, parmi les nouveaux venus se trouve à nouveau une femme enceinte ! Les rires reprenaient de plus belle, sans que cette nouvelle passagère ne comprenne la situation au début ! Bon, passons sur l'incident "mort-de-rire". Et là, la semaine dernière, sur la ligne 3, qui je vois ?  Une jeune femme au "sourire lumineux", radieuse s'avance vers moi. Une "banane" s'affiche sur son visage, d'une oreille à l'autre. Elle porte un bébé dans les bras. -"Vous voyez ce que vous avez raté la dernière fois !" Chers adeptes de la bonne humeur, comme vous l'aurez, sans nul doute deviné , il s'agissait de ma "spectatrice/passagère" au rire communicatif .
Vous serez heureux de savoir qu'il s'agit d'une petite fille !

Cette anecdote-là, je la dédie tout particulièrement à mon pote DIMITRI HANGONDOKOFF, un photographe de première, avec un regard plein de poésie, mais surtout un "bonhomme" doté d'une grande humanité, d'une vraie gentillesse. Malheureusement, il nous a quittés trop tôt ! Trop tôt, car 40 ans c'est court dans une existence, aussi riche fut-elle. Il laisse derrière lui un enfant, une femme, des parents et une tonne d'amis.
C'est sûr il nous manquera à tous beaucoup, et je me plais à croire qu'il veille sur nous tous, avec son regard affuté ... depuis le pays des anges.

mail_1