"Il faut vivre pour écrire, et non pas écrire pour vivre !"  disait  Jules Renard

J'aime assez, pas vous ??? Au point de commencer cette nouvelle "narration" par cette citation.
De plus, elle me sied bien, telle mes bottines aux pieds.

Comme si la rencontre avec d'autres "artistes" pouvait s'arrêter là ?!!! Hé ben, non ! Il ne faut pas oublier que toutes ces rencontres CdB/Adeptes de la Bonne Humeur ne se passent pas seulement au sein des rames, comme le prouvent certaines de mes anecdotes précédentes.
En l'occurrence, aujourd'hui je veux vous parler d'une musicienne en herbe, Julie à fond dans la "Rock & roll attitude". Je pourrais tout aussi bien commencer cette histoire par un truc du genre "drôle d'endroit pour une rencontre"... puisqu'il s'agit du Monoprix de la gare du Nord.

La fameuse gare du Nord, bien glauque et violente à ses heures. Avec ces milliers de passages de grands et petits voyageurs de banlieue, ou allant vers de lointaines contrées. Voyage national ou international ?
Avec ses flics veillant sur notre sécurité, ou traquant les visages de basanés et clandés:-"Montrez moi vos papiers"... Je dis les "flics", mais dois-je oublier le fameux plan "vigipirate", ses contingents de paras, de chasseurs Alpins avec leur béret façon pizza, et des gendarmes ?!!! Encore un peu de poudre aux yeux afin de nous démontrer que le gouvernement agit !

La gare du Nord c'est les lascars "wesh-wesh",leur frime à deux balles, la bière à flot et la boulette de "bédo" pour se décalquer la tête, avec les meufs maquillés couleur néon. La gare du Nord, c'est aussi ces mendiants, boiteux, "Rôms" faux ou vrais estropiés, sans oublier dans les couloirs des correspondances, les Afghans ou Pakistanais vendeurs à la sauvette.

Enfin, voilà, c'est ça en partie, la gare du Nord ! Mais c'est tellement plus encore, si toutefois l'on décide de s'attarder sur tous ces "êtres" à part entière !!!

Bien-sûr, je pourrais vous parler de pas mal d'entre eux, comme Eddy, le vendeur d'un des points librairie/tabac, une joue balafrée en souvenir d'une jeunesse tumultueuse, mal rasé et la gueule enfarinée par les vapeurs d'alcool de la veille. Mais j'ajoute également, qu'il affiche toujours un sourire de circonstance, peu importe sa météo existentielle. Idem pour sa collègue.

Dans cette fourmilière, je change ma monnaie sonnante et trébuchante chez  divers "marchands du temple" ! Certains au "sourire-spleen", las et triste d'obligations, tel celui de la vendeuse de chocolats Belges ...

Cela dit, je le préfère à celui des "starlettes du prêt-à-porter", carnassières dans leur boutique, laissant apparaître des dents éclatantes de blancheur face au chiffre d'affaire.

En fin de compte, on peut choisir de loin l'humanité que dégage ce supermarché ouvert jusqu'à 21h00 tapantes.

Si l'on a l'habitude d'y passer faire ses emplettes de dernière minute, comme votre CdB préféré, on ne pourra manquer de saluer d'un "check" de la main, mes amis Maliens, Bouba et Mamadou, ou  Lamine, sans oublier Tane "sourire mordant la vie à pleines dents".  Tous ont  ce "sourire-force-tranquille" faisant régner un semblant d'ordre dans ce brouhaha  ambiant. 

Puis Brahim, jeune black bosseur comme pas deux, puisqu'il lui arrive d'occuper deux emplois à la fois.  Vous apercevrez aussi Antoine, un caissier muet, mais ni sourd, ni dénué d'un humour certain. Le tout armé d'une sacrée gueule !

Autre caisse, c'est une demoiselle au charme oriental, belle, discrète et sérieuse. Une autre d'une cinquantaine d'années, toujours prête à rendre service aux collègues, Christiane, fidèle au poste malgré les rhumes incessants dus aux courants d'air. C'est la gentillesse incarnée. Récemment, j'avais une migraine difficile, sans parler d'un début de "crève" qui aurait pu me laisser sans voix. Elle m'a dépanné de quelques doliprane, en me promettant de me ramener une boite entière pour le lendemain ! Voisine de poste : Candia, le port altier des fières Sénégalaises de la région de Kaoulack, mais aussi la douceur et la patience d'une maman de cinq enfants.

Où que l'on soit, on ne peut éviter les gars du Sri Lanka, car tout comme le gérant  Algérien,  tout le temps la main à la pâte, ou plutôt sans cesse "au four et au moulin", des caisses aux rayons,eux aussi ils sont partout à la fois... Une vraie tour de Babel ce Monoprix, avec l'entente et la compréhension en plus  !

Et enfin le personnage central, car c'est la première dont j'ai fait la connaissance: Julie Kéodary. Rock jusqu'au bout des ongles vernis noirs, de longs cils soulignés par un trait de crayon, cette ancienne assistante  vétérinaire en avait assez de voir des animaux souffrir, préférant devenir caissière, question de tranquillité d'esprit pour sa musique. Ben oui, notre Julie, est une musicienne/chanteuse avant tout ! Du "rock", du vrai, du pur, minimaliste, ethnik, avec un son de garage ou de synthé parfois, mais "rock" avant tout !!! Bref, un de mes coups de coeur...

Alors à vous de voir si ça vous plait ???

En tout cas, j'espère que Julie & le Daäry project participeront à la "journée de la Brigade du CdB" ?!!! Oui, j'imagine bien une fin de journée, ou un début de soirée, avec quelques concerts différents !

Bon me voici en train de taper cette dernière ligne, avec une pensée positive, le sourire à la commissure des lèvres, pour vous tous.

@ très vite, chers vous !

mail_1