31201_1408353642718_1048741054_1479801_2262236_n

Parmi toutes mes belles rencontres, cela fait un bail qu'il me tarde de parler de l'ami Gérard, le piéton de Charonne .

Gérard Lavalette, c'est avant tout un regard d'homme amoureux de son quartier. C'est aussi un philosophe dans l'âme, et blindé d'humour décapant. Souvent coiffé d'une casquette modèle Irish, ou d'un galure, un panama de préférence, sa poignée de main est chaleureuse et franche comme  le bonhomme. ça c'est pour la première impression, mais Monsieur Gérard est surtout un grand photographe. Un photographe plein de poésie, d'humanité, mais aussi un esprit de révolte. Juste ce qu'il faut. Lorsque je dis "révolte", il est révolté surtout contre la connerie malheureusement si humaine ...

Alors si vous avez la chance de le rencontrer, pas de chichis ! Il est convivial quelle que soit l'heure de la journée, le tutoiement vient facilement ...

Dans son fief du 11ième arrondissement il m'a fait découvrir autant des "lieux-trésors", que des gens vrais, comme Madame Renée, et bien d'autres encore ! J'insiste sur le coté "vrai", puisque l'authenticité devient une denrée si rare de nos jours.

Un ou deux de mes lieux préférés découverts grâce à lui ?

"Le Petit Bar" chez Madame Paulo, rue Godefroid de Gavegnac. Une sacré patronne en charentaises, âgée quatre-vingt balais et des brouettes.Elle dirige son bistrot seule depuis qu'elle est veuve . Le "personnel": son "commis d'bar", le chat se baladant de long en large sur le zinc. . Bon, d'accord, moi je préfère boire ma bière au goulot ... car sa vue baisse et les poussières s'amoncellent ! Rien que pour "la taulière" ça vaut le détour ! Puis il y a chez "L'Ami Pierre", ou "L' Ancien Rebouteux", rue de la Main d'Or (à coté du passage).Du bon vin, et chaleur humaine assurée,  sur fond de bonne gouaille parigote. Ici encore, tout le monde cause avec tout le monde. Faune de quartier, tout ceux qui viennent s'y perdre...ou si retrouver qui y viennent défendent fièrement l'étendard du onzième, du-moins cette partie du onze.

Connaissez-vous le journal "Le Vantard" ? Ben moi si, toujours grâce à l'ami Gégé ! Si je cite ce journal de tendance satyrique, c'est tout bonnement parce que l'aime et que j'ai croisé son rédacteur en chef dans ce bouge de perdition. Bref, une balade avec Gérard, un apéro à la terrasse d'un de ces troquets du quartier, ou un verre de rouge accoudé au bastringue, c'est un pur moment de bonheur. 

110494Essayez de courir voir l'expo de Gérard Lavalette, il ne reste plus que quelques jours ... Croyez-moi, ça vaut vraiment le détour !

Bien sûr il y a toujours un brin de nostalgie qui remonte à la surface, avec ce qui a disparu de nos rues, les souvenirs à la croisée du coeur et de la mémoire, ou ce qui reste encore debout. La prochaine fois je tâcherai de vous parler de la Baronne de Paname et de ses bals .

In n'y a pas que dans l'underground parisien que je contrôle l'humeur des autres ! Paris est si belle, qu'il ne faut pas l'oublier ! J'essaye juste de me rappeler que c'est une "ville lumière", que nous  contribuons tous a l'allumer et qu'il faut faire gaffe à ce qu'elle ne finisse pas par s'éteindre !!!

Sourirement vôtre

 

mail_1