Photo008

A chacun son histoire, a chaque jour son sourire ...  aujourd'hui , c'est celle de Damien & Brooklin .

Pause café rapide, sandwich avalé à la "va vite" sur le coin d'un zinc, le "Parisien" sous les yeux. Nous sommes le 27 octobre, Porte de Champerret dans le 17ième. Je passais dans le coin pour prendre des renseignements auprès du véto de la S.P.A. Un super plan cette antenne du Bvd Mallarmé, soit dit en passant. Incroyable mais vrai, mon chat, Léornard di Carpaccio, souffre de dépression nerveuse. ^mpppppppppppp£££ (désolé, il vient  justement de marcher sur mon clavier !)

Signe des temps ? En tout cas, ça la fout mal lorsqu'on est "Contrôleur du Bonheur"... j'ai du me résoudre à le soigner au Prozac* ! Sur cette affaire, je plaide "non-coupable". Ce beau rouquin angora avait déjà un "pète au casque", lorsqu'on l'a adopté, ma "Belle Ritalienne" et moi.

Je marche nez au vent, croisant et observant les gens. Trop sympa la bouille du "P'tit Clebs" sur mon bout de trottoir: un regard rigolard, plein de malice. Puisqu'il vient à ma rencontre, agitant la queue  frénétiquement fdddddddt(c'est encore mon chat !) et jappant joyeusement, du genre "j'te connais toi", je me baisse pour le caresser. Du coup, son maître, et moi, on s'adresse la parole. Une grande histoire d'amour entre ces deux-là. Elle commence à ... Brooklin ! l'ayant vu naître au sein d'une portée de cinq chiots, il me raconte qu'il est allé jusqu'à retarder son retour à Paris, afin de le ramener avec lui. Une fois embarqué, notre Brooklin à peine sevré, tel une Mama Juive, Damien est obligé de le nourrir au biberon ... dans l'avion !

MLPZAÉÉA (ça y est, il fait des majuscules maintenant !) Dans la foulée, un rien de spleen dans le sourire , il me confie brièvement son divorce; il vient de signer les papiers ce matin.

-"C'est marrant, on dirait qu'il sourit tout le temps. C'est plutôt sympa d'avoir un p'tit compagnon comme lui !".

En répartie, il me répond -"Ouais, sauf quand il vient te réveiller à six plombes du mat, avec des lèchouilles, pour qu'on s'occupe de Monsieur ..." 

Le temps d'une photo pour l'album du CdB, un dernier sourire sur un "salut" chaleureux, je traverse la rue, direction la station de métro ligne 3, là où les contrôles de l'humeur n'attendent pas!

Après mûre réflexion, j'me dis que si je suis encore Contrôleur du Bonheur aujourd'hui, c'est pour vous conter toutes ces rencontres. C'est pour tenter de prouver que l'on peut être à la fois acteur et spectateur de sa propre existence. C'est parce que un anodin, un passant dans le décor urbain, le passager d'une rame, rencontré fortuitement, a son histoire du jour ! Peut-être est-ce un moment de joie intense, ou de tristesse immense ?

Et nous tous, là dedans, n'aimerions-nous pas être plus receptifs à ce qui nous entoure, et partager ce p'tit bout d'vie ?

Sourirement vôtre

 

mail-1

 

* : Nos animaux de compagnies sont contaminés par nos maux. Du coup, le Prozac existe aussi pour eux !