Une fois, n'est pas coutume ! Après avoir entendu parler de votre serviteur a large banane au quotidien, sur les ondes de Radio Notre Dame, le 19 janvier 2010, dans "la minute de l'espoir". Maintenant vous pouvez également entendre une interview de votre CdB préféré, ainsi  que l'enregistrement fait par la charmante jeune journaliste, Fanny Griessmer sur Radio Campus.

Maintenant des petits bémols pour cette dernière : Cette jeune journaliste confond ma casquette d'apache, tendance Titi Parisien, avec, tenez-vous bien, un béret !!! Personnellement j'ai toujours fait la différence entre les deux .

Elle dit de moi que je suis "un brin dragueur"... Même si elle était flattée que je lui trouve un beau "sourire de muse" , je ne draguais pas, because je suis tout, sauf un "dragueur". Oui, je suis peut être charmeur, au "sourire enjôleur" tentant d'être un "séducteur"...  Mais un "dragueur", Mademoiselle Fanny, soyons sérieux !

Si j'insiste sur ce passage, c'est que j'ai toujours eu en horreur cet adjectif de "dragueur"... 
Cela n'empêche pas que j'ai passé un très agréable moment en sa compagnie, le temps d'une entrevue média !

Puis concernant tous les projets CdB : Il est vrai que j'ambitionne d'obtenir une chronique sur Radio Nova, mais c'est encore un peu tôt pour en parler...

Ma foi, le résultat de son reportage est pas mal du tout... Et je suis très content de l'avoir fait !  Alors "merci" Mademoiselle Fanny !

Toutefois, chers vous tous, j'aimerais beaucoup connaître votre avis sur la question de la radio :    aimeriez-vous entendre sur les ondes hertziennes toutes ces belles histoires de rencontres souterraines sur rails, contées à la manière d'un griot urbain ?

Avant de terminer, je veux adresser un "MERCI" général à vous tous, pour vos commentaires qui me font chaud au mille et un de mon coeur , avec une mention toute particulière pour Diane, "Sourire Coeur du Monde", pour son soutien indéfectible depuis le début. Je ne peux m'empêcher de saluer bien bas la fidélité de Sandro, un poète jusqu'aux tréfonds de son âme !

Chers vous tous, adeptes de la bonne humeur, bas  la casquette pour tirer ma révérence !

Je vous salue jusqu'à bientôt...


mail_1